Top 5 des tendances de recrutement en 2019

les tendances de recrutement en 2019
Les 5 tendances de recrutement en 2019

La politique RH s’inscrit désormais pleinement dans les objectifs de l’entreprise, engendrant de nouveaux défis. En effet, les RH doivent aujourd’hui réussir à se réinventer dans leur manière de recruter et d’attirer les candidats, afin de suivre les nombreuses évolutions liées aux profils, aux technologies, aux méthodologies. Véritable challenge stratégique, le processus de recrutement doit être facilité et optimisé par des innovations percutantes. Le CFA Codis vous propose de découvrir 5 tendances à suivre pour 2019.

#1 L’inbound recruiting

Faisant écho à l’inbound marketing, l’inbound recruiting a pour objectif d’attirer les candidats par une approche moins intrusive, en évitant de les solliciter directement. Le principe repose en effet sur une stratégie de contenus menant le candidat à rejoindre de son propre chef l’entreprise, et non l’inverse. Les similitudes entre marketing et RH sont alors nombreuses, les pratiques sont dupliquées comme la définition d’un ICP (Ideal Customer/Candidate Profile), le suivi de la relation, la mise en place des canaux adaptés à la cible… L’inbound recruiting permet ainsi de limiter le potentiel de refus ou de non réponse d’une démarche plus classique. À noter que l’inbound recruiting a permis un taux de conversion de 75 % des candidats passifs.

#2 Les candidats passifs visés

Une approche moins directe permet au recruteur de toucher une cible plus large, même s’il s’agit d’une échéance à long terme. En effet, avec l’essor des réseaux sociaux, comme Facebook, Instagram, LinkedIn, les entreprises ont gagné en visibilité, notamment auprès des étudiants et des jeunes diplômés, que l’on retrouve sous l’appellation de Millenials ou Génération Z. Les candidats dits « passifs » sont ainsi touchés par les publications, et leur intérêt peut alors être éveillé même s’ils ne sont à ce moment pas en recherche active d’emploi. Cette population n’est pas à négliger, 85 % des entreprises françaises recrutent en effet des candidats passifs. Pour ce faire, des applications de recrutement (Shapr, Jobr, LikeLunch…), qui reprennent les grands principes des applications de dating, sont utilisées par 50 % des cabinets de recrutement et 35% des grandes entreprises.

#3 L’expérience candidat/collaborateur

L’expérience du candidat est un défi du processus RH à prendre en considération. En effet, elle se doit d’être aussi bonne que possible, du fait de son impact sur la perception du candidat sur votre entreprise, votre image et votre attractivité. La personne en tant que telle est ainsi placée au cœur des préoccupations RH, il faut savoir se mettre à sa place afin de comprendre ses attentes. Et cela ne doit pas s’arrêter à la seule étape du recrutement, l’expérience collaborateur est également un enjeu qui joue un rôle dans l’attractivité de l’entreprise sur le marché de l’emploi. Le bonheur au travail et la qualité de vie au sein de l’entreprise sont désormais des facteurs contribuant à la marque employeur.

#4 Les nouvelles technologies

Les RH n’hésitent plus à faire appel aux nouvelles technologies afin d’améliorer le processus de recrutement, notamment par l’automatisation de certaines tâches. L’intelligence artificielle fait figure d’incontournable, 49% des entreprises ont ainsi utilisé l’IA pour recruter en 2018, et 80% d’entre elles prévoient ainsi d’utiliser des chatbots d’ici 2020. L’objectif est d’accélérer le processus de recrutement en les rendant plus agiles : 85% des candidats déclarent avoir déjà accepté une autre offre d’emploi du fait d’un processus de recrutement trop long dans l’entreprise coup de cœur. Les habitudes changent, et les entreprises doivent s’adapter, notamment par l’arrivée de nouvelles générations sur le marché du travail. 73 % des participants d’une étude réalisée par CornerJob (« Millennials et monde du travail ») déclarent utiliser leur smartphone pour leur recherche d’emploi, tandis qu’un tiers des entretiens d’embauche ont été réalisés via des entretiens vidéo entre 2017 et 2018. De nouvelles stratégies sont sans nul doute à mettre en œuvre.

#5 L’avènement des soft skills

Selon une étude réalisée par Robert Half en 2016, 52% des DRH accordent autant d’importance, voire davantage, aux soft skills qu’aux hard skills. Ces compétences comportementales s’imposent désormais comme déterminantes dans le choix des candidats afin d’assurer une meilleure intégration dans l’entreprise par des appétences avec les valeurs et la culture de cette dernière. Créativité, gestion du stress, empathie, confiance, audace, curiosité, motivation… Les recruteurs sont sensibles aux qualités personnelles et savoir-être du candidat, il est alors capital de pouvoir les développer pendant sa formation puis de les mettre en avant lors de l’envoi d’une candidature et pendant l’entretien.

Lors de votre parcours au sein du CFA Codis, et pour vous préparer à ces nouvelles tendances de recrutement, vous bénéficierez d’un accompagnement personnalisé et de modules d’apprentissages dédiés au développement des soft skills. Notre ambition ? Vous permettre de développer vos compétences, de découvrir vos talents et de cheminer vers un épanouissement personnel.

Notre réseau d’entreprises partenaires nous permet également de vous accompagner vers une insertion professionnelle durable.