LE COMPORTEMENT D’UN ALTERNANT EN ENTREPRISE POUR UNE BONNE INTEGRATION

Les qualités requises

 

C’est par l’intermédiaire de votre comportement de tous les jours que l’entreprise se forgera une opinion sur vous-même.

Au-delà de la concrétisation de votre tâche, le travail en entreprise requiert de nombreuses qualités telles que : la ponctualité, l’assiduité, l’intérêt, la motivation, la responsabilité, l’autonomie, la sociabilité, la politesse…

 

Ponctualité et assiduité

Il est important de respecter vos horaires de travail. La ponctualité, essentiellement pour votre arrivée le matin, a une réelle importance. En effet le fait d’arriver en retard est un signe de non respect vis-à-vis de tous vos collègues. Vous avez bien sur le droit d’avoir un accident une fois ou deux, mais il ne faut pas que cela devienne une habitude.

 

Intérêt et motivation

En entreprise, il est important d’être rigoureux dans votre tâche et de ne pas vous laisser vous déconcentrer par l’environnement qui vous entoure (attendez votre pause pour consulter votre téléphone par exemple).
Il peut arriver d’avoir des mauvaises journées, d’être de mauvaise humeur pour une raison ou pour une autre ; prenez le temps de faire une pause, mais évitez de vous absenter plus de quinze ou vingt minutes ou de prendre plus de deux pauses par demies journées.

Il est aussi important de bien se reposer et de se décontracter le soir, il faut évacuer le stress de la journée afin de pouvoir aborder au mieux la journée du lendemain.

N’oubliez pas que vous avez droit à la déconnexion. Cela signifie que vous n’êtes pas obligé de traiter vos mails et appels professionnels le soir, le week-end et durant vos vacances.

 

Responsabilité

Que vous travaillez seul ou bien en équipe, être responsable signifie effectuer consciencieusement le travail demandé. Si on vous confie un travail, n’hésitez pas à dire si vous ne savez pas et que vous avez besoin d’aide.

Vous êtes en alternance, donc là pour apprendre. On ne vous demande pas de tout connaître.

 

Qualité du travail effectué

Il est important que le travail rendu soit clair et lisible. Ne le rendez pas sans l’avoir vérifié au préalable, dans la précipitation. Il vaut mieux perdre un peu de temps et rendre un travail de qualité plutôt que de rendre un travail bâclé que vos supérieurs devront reprendre longuement pour le corriger.

 

La politesse

Cela peut sembler évident et pourtant beaucoup de salariés ont tendance à négliger cette qualité en entreprise.

Il est important de saluer ses collègues matin et soir.

 

Le comportement de l’alternant au sein de l’entreprise

 

Après avoir étudier les qualités requises, passons maintenant au comportement à adopter durant votre contrat de professionnalisation ou contrat d’apprentissage.

 

L’arrivée au sein de l’entreprise

Ce moment n’est pas toujours facile (surtout pour les timides) et pourtant c’est l’un des plus importants pour votre intégration. C’est au cours de celui-ci que les personnes travaillant au sein de l’entreprise (vos futurs collègues), se font une première impression à votre sujet. Lorsque vous vous présentez à vos nouveaux collègues, ne regardez ni en l’air, ni à vos pieds, regardez votre interlocuteur droit dans les yeux, sans pour autant le fixer. Il ne s’agit pas de lui faire détourner le regard. Ne cherchez pas à modifier vos attitudes et vos postures habituelles en appliquant bêtement les codes gestuels que vous avez appris la veille dans un manuel de communication.

 

La vie au quotidien

Une fois présenté aux personnes travaillant dans la société, vous pouvez commencer votre contrat de professionnalisation ou contrat d’apprentissage. Soit un cahier des charges vous est remis, soit vous assister à une réunion, et dans ce cas là, n’oubliez pas de prendre des notes. Prenez le temps de bien comprendre ce qu’on attend de vous, c’est normal, si au début de votre contrat de professionnalisation ou contrat d’apprentissage, cela vous semble dur, ne baissez pas les bras.

Lorsque vous avez rendez-vous avec des personnes de la société pour leur poser des questions par rapport à votre travail, prenez soin de bien rédiger vos questions au préalable, ainsi que de prendre un stylo et des feuilles afin de pouvoir écrire les réponses à vos questions, pour être sur de rien oublier.

Lorsque vous travaillez, il faut que vous soyer à l’aise, mais cela ne veut pas dire que l’on doit vous retrouver avachi dans votre fauteuil, ni allonger sur votre bureau. Prenez une posture qui vous permet de travailler dans les meilleures conditions.

Lorsque vous terminez une étape de votre travail et que vous devez la présenter, il est important de ne pas se précipiter et de dire j’ai fini. Prenez le temps de bien vérifier votre travail. Pour vous aider dans votre travail, prenez donc soin de bien comprendre ce qu’on attend de vous, n’hésitez pas un faire un planning, ce type d’initiative est bien vu dans les entreprises.

Enfin, n’oubliez pas qu’aujourd’hui l’apparence compte beaucoup, on ne vous demande pas forcément de venir en « costard cravate » (sauf peut-être si vous travaillez avec des clients de la société), mais juste de faire attention à ce que vous portez.

 

La vie au sein de l’entreprise

 

Pour effectuer votre contrat de professionnalisation ou contrat d’apprentissage dans les meilleures conditions, il est important d’échanger régulièrement avec votre tuteur/manager ou bien même les ressources humaines de l’entreprise.

 

A quoi sert la culture d’une entreprise ?

 

Etes-vous sur la même longueur d’onde que votre entreprise ? Difficile de s’épanouir professionnellement si l’on n’adhère pas à ses valeurs et principes. Identifier et comprendre sa culture est un passage obligé pour toute nouvelle recrue.
La culture d’entreprise regroupe l’ensemble des valeurs, des normes, des symboles, des rituels, des règles qui font l’identité propre de l’entreprise.
Au-delà des compétences, toute entreprise va chercher à recruter des personnes qui sauront partager ses valeurs. Cette adhésion à « l’esprit maison » est un gage d’implication, de motivation et de performance des salariés. Elle est également un vecteur de fidélisation en diminuant le turn-over et en développant un sentiment d’appartenance au groupe.

« En fait, la culture d’entreprise devrait conduire chaque salarié à avoir le sentiment que son succès personnel passe par celui de son établissement », analyse Maurice Thévenet, professeur au CNAM et à l’ESSEC.

Un trop fort décalage entre votre personnalité, vos propres valeurs et celles de l’entreprise peuvent vous conduire à l’échec professionnel. Vous pouvez recueillir de nombreuses informations sur le sujet en consultant le site Internet de l’entreprise (témoignages des salariés, mots employés, photos, politique sociale, politique des ressources humaines), ses réseaux sociaux ou même des sites de notation d’entreprises tels que Glassdoor.

L’analyse du libellé des offres d’emploi peut vous apporter également quelques indices. En outre, lors de l’entretien d’embauche, n’hésitez pas à poser des questions au recruteur : quelles sont les valeurs de l’entreprise ? Quels sont ses objectifs ? Quels sont les comportements attendus chez leurs collaborateurs ?

 

Réussir son intégration

 

De nombreuses entreprises ont mis en place un processus d’intégration pour leurs nouveaux collaborateurs.

Objectif : leur permettre de s’imprégner de la culture d’entreprise : visite des locaux, séminaire d’accueil, journées d’information, tutorat. Si ce type  ‘accompagnement n’existe pas, vous devrez aller vous-même à la pêche aux informations. Lisez attentivement le journal interne de l’entreprise, consultez l’Intranet et le site Internet corporate de l’entreprise. Quel est l’environnement de travail ? Quels sont les rapports hiérarchiques ? Quelle est la tenue vestimentaire ?
En comprenant les objectifs et les pratiques de l’entreprise, vous serez plus rapidement opérationnel et vous mettrez toutes les chances de votre côté pour réussir votre période d’essai.

 

« Tu » ou « vous » au boulot : que choisir ?

 

Tutoyer ou vouvoyer ses collègues, voire ses supérieurs hiérarchiques, n’est pas un choix anodin. Si certains salariés sont favorables à des relations professionnelles plus décontractées, d’autres préfèrent maintenir une certaine distance. Tout dépend de la culture d’entreprise. Les relations dans l’entreprise sont soumises à une série de codes parmi lesquels l’emploi du tutoiement ou du vouvoiement entre collègues ou entre supérieurs et subordonnés. Un choix qui n’est pas toujours laissé à la préférence des salariés. En effet, l’emploi du « tu » ou du « vous » dans les services relève très souvent de la culture de l’entreprise. De fait, tout nouveau collaborateur est invité à se plier à cette tradition… s’il veut rapidement s’intégrer.

Dans certains secteurs professionnels, le tutoiement est depuis longtemps la règle d’usage. C’est le cas notamment dans les milieux de la mode, de la communication, de la publicité et dans les start-up. Toutefois, depuis quelques années, certains grands groupes ont également généralisé la pratique du tutoiement. L’objectif est de créer de la proximité entre les salariés, d’établir une ambiance de travail moins formelle, plus décontractée et de favoriser l’esprit d’équipe et le sentiment d’appartenance.

 

Parler politique au bureau : un risque ?

 

Autour de la machine à café ou à l’heure du déjeuner, les commentaires sur la campagne présidentielle ou législative vont bon train entre collègues. Devez-vous y participer ou rester éloigné des discussions ?

Difficile de ne pas commenter l’actualité politique lorsqu’elle touche une élection présidentielle ou législative. Si en famille ou entre amis, les discussions peuvent tourner rapidement à la joute verbale, les risques sont plus importants dans le cadre de l’entreprise.

Vos opinions politiques relèvent de votre sphère privée. Pour éviter toutes tensions avec vos collègues ou votre hiérarchie, mieux vaut s’abstenir de faire état de votre couleur politique. Votre neutralité sera votre meilleur atout pour conserver des relations cordiales avec tous. Ecoutez, observez et limitez-vous à des commentaires modérés. Evitez également de relayer les mails, vidéos ou articles commentant la campagne électorale sur la messagerie de vos collègues. Si vous êtes militant dans un parti politique ou simplement « encarté », gardez-vous d’en faire état dans le cadre de l’entreprise et encore moins sur votre curriculum vitae. Enfin, que votre candidat préféré soit élu ou pas, adoptez cette même position de réserve le lendemain des résultats d’une élection.

 

Évoluer en interne

 

Vous voulez décrochez une promotion, une augmentation de salaire, une formation complémentaire, n’attendez pas les bras croisés que votre hiérarchie vienne vers vous ! N’hésitez pas à faire part à votre manager de votre volonté d’évoluer lors de l’entretien annuel l’évaluation. Mettez en avant vos réussites et vos résultats, votre investissement au sein du service sans toutefois chercher à faire de l’ombre à vos collègues. Avoir l’esprit d’équipe et savoir mettre en valeur le fruit d’un travail en commun ne peut que vous servir dans votre progression de carrière. Les arrivistes font le vide autour d’eux.
Ne tentez pas de court-circuiter votre supérieur hiérarchique direct. Vouloir devenir calife à la place du calife est un jeu dangereux. Votre ascension au sein de l’entreprise est entre ses mains. Faites preuve d’initiatives, proposez des idées, établissez une relation de confiance avec votre manager sans tomber dans la flagornerie. Enfin, si en dépit de tous vos efforts, vos compétences ne sont pas estimées à leur juste valeur, ne perdez pas confiance et allez voir ailleurs. Si votre ambition est de quitter votre entreprise actuelle ou de monter votre propre boîte ou encore de rejoindre la concurrence, gardez le silence jusqu’à ce que le projet se concrétise. Mener à bien sa carrière suppose une stratégie à long terme.