L’interview de Bénédicte Kaya, formatrice en anglais

Rencontre avec la pétillante Bénédicte KAYA, formatrice en anglais au CFA CODIS. Entre deux rires, elle revient sur son parcours.

Raconte-nous ton parcours de vie. J’ai vécu en Europe, en Afrique et aux Etats-Unis. Je me suis nourrie de ces différences culturelles pour m’ouvrir au monde, aux autres.  Tout au long de ma scolarité, j’ai expérimenté des méthodes d’apprentissage différentes et j’ai été particulièrement marquée par la manière dont on enseignait les langues d’un pays à un autre.  Après des  études en communication, j’ai été Attachée de presse en France. Puis, je suis retournée vivre aux Etats-Unis. Là-bas, j’ai été formée pour enseigner le français et l’anglais en tant que langues étrangères (FLE et ESL).

Pourquoi avoir choisi de devenir formatrice en anglais ? L’apprentissage des langues est quelque chose d’ancré en moi, de naturel. Un formateur linguistique  est  une sorte d’attaché de presse de la langue qu’il enseigne (rires)  ! Il la rend accessible, la valorise et montre sa richesse à travers son histoire, sa culture, ses différences ! Voilà pourquoi j’ai voulu devenir formatrice en anglais. Un moyen de concilier mon amour pour les langues et mon envie de communiquer, de partager.

Quelles sont tes convictions dans l’apprentissage des langues et plus précisément de l’anglais ? Comment en 2016 doit-on appréhender l’apprentissage des langues ? Tout d’abord, soyons détendus (rires) … tout le monde peut plus ou moins parler en anglais. Pour moi la mission du formateur consiste d’abord à rassurer l’apprenant sur la solidité de ses acquis (quels qu’ils soient)  et sur sa capacité à étendre davantage son champ de compétences. Apprendre une langue consiste bien sûr à développer son employabilité mais il faut surtout le percevoir comme une belle opportunité de s’ouvrir au Monde !

Comment se déroule un cours type à tes côtés ? Je démarre toujours mes cours avec une activité « warm up ». Il s’agit d’un exercice rapide et fun pour susciter l’adhésion de mes élèves. Au choix : un sketch (prise de parole), un extrait de film ou de chanson (écoute et compréhension). Ensuite, le cours commence sous forme de classe inversée.

Au CFA CODIS, quels sont selon toi les éléments distinctifs de l’apprentissage des langues ? Je dirai l’innovation et la créativité, grâce aux nouvelles méthodes d’enseignement et la collaboration des formateurs sur des  projets transverses. N’oublions pas l’ouverture sur le monde grâce aux voyages

Le CFA CODIS souhaite développer les compétences linguistiques de ses apprentis. Pour cela, un certain nombre d’activités sont proposées comme des rencontres avec des étudiants américains de l’American Business School, des ateliers en anglais, des sketches de vente, des cours de chant, des spectacles de théâtre et des séjours à l’étranger (New York, Dublin, Berlin …). Quel est ton rôle dans le cadre de ses activités ? J’ai eu la chance de pouvoir accompagner deux groupes d’apprentis du CFA CODIS, à l’occasion de deux séjours linguistiques, l’un sur notre campus à Dublin et l’autre à Berlin.   J’étais ravie de voir mes élèves  capables de se débrouiller dans une ville inconnue, demander leur chemin et sympathiser avec des personnes dont le seul outil de communication était l’anglais.

J’anime aussi des ateliers d’anglais renforcé à l’oral  pour les apprentis qui le souhaitent. J’ai vu ces jeunes  prendre davantage confiance en eux à l’oral. Beaucoup ont ainsi pu se dépasser lors de leurs épreuves du Bac ou du BTS ! Ma plus grande récompense !