Les diplômes reconnus (ou non) par l’Etat : comment s’y retrouver ?

Diplôme reconnu etat
Les différentes « reconnaissances » des diplômes de l’enseignement supérieur.

Face à une offre académique toujours plus dense, les étudiants peuvent très vite perdre pied lorsqu’il s’agit de s’orienter vers la formation susceptible de les aider à réaliser leur projet professionnel. Par le biais de la certification professionnelle et du visa, l’État apporte son cachet pour « reconnaître » les cursus qui répondent à un certain nombre de critères. Le CFA Codis fait le point !

La reconnaissance de l’école ou du diplôme ?

On compte trois types d’établissements académiques post-bac :

  • Les écoles reconnues par l’État après un examen minutieux et régulier de leurs équipements, de leurs locaux, de la qualité pédagogique de leur corps professoral, de la qualité des services administratifs et de la gestion des équilibres financiers ;
  • Les écoles sous contrat d’association avec l’État, « reconnues » suite à une enquête ministérielle. Ces établissements respectent les programmes de leur ministère de tutelle, mais gardent leur liberté sur les normes de sélection.
  • Les écoles privées hors contrat gardent une liberté absolue dans le recrutement des professeurs, dans la conception des programmes et dans les méthodes pédagogiques mobilisées, car elles ne reçoivent pas de subventions. Elles peuvent parfaitement préparer des diplômes reconnus par l’État. Certaines sont même sous tutelle de chambres syndicales ou patronales.

In fine, ce n’est pas tant la reconnaissance de l’école qui importe le plus, mais plutôt celle des cursus.

Les différents types de diplômes

Taux d’insertion professionnelle des lauréats, densité du réseau des anciens diplômés, partenariats avec les entreprises, qualité des enseignements dispensés… les critères de choix d’un établissement post-bac sont nombreux, mais la reconnaissance des diplômes figure sans doute en tête de liste.

#1 Le diplôme visé

Il s’agit d’un diplôme académique reconnu par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Pour qu’il soit visé, un diplôme doit être délivré par une école reconnue par l’État depuis 5 ans minimum et répondre à certains critères relatifs au contenu de la formation ainsi qu’aux conditions d’admission notamment. Le visa du diplôme est valable 6 ans, et pourra être renouvelé après un contrôle étatique permettant d’attester de la qualité des formations.

#2 Le diplôme certifié

Pour les établissements qui ne sont pas sous l’autorité du ministère de l’Enseignement, il est possible de soumettre des diplômes à la certification. Pour la décrocher, les écoles sont évaluées par la commission nationale de la certification professionnelle. Les cursus évalués doivent impérativement être axés sur l’apprentissage d’un métier. La certification est valable pendant 5 ans et peut être renouvelée, pour peu que le cursus soit continuellement adapté aux besoins du marché du travail. À noter que l’ensemble des diplômes certifiés sont énumérés dans le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

#3 Le diplôme non reconnu par l’État

La non-reconnaissance d’un diplôme n’est pas forcément synonyme d’une qualité moindre. Bien sûr, il convient à l’étudiant d’évaluer les autres critères de choix comme la qualité des infrastructures, le corps professoral et le taux d’insertion professionnelle à l’issue du cursus.

Au CFA Codis, nos cursus sont tous reconnus par l’État, ils vont visés ou certifiés. Nous proposons à nos candidats des formations en apprentissage dans les filières du commerce, du marketing, de la distribution et des services, du CAP au bac+5. Découvrez nos formations d’excellence !